Vous êtes ici

Revue de presse du 7 décembre 2018

Pour recevoir chaque semaine la revue de presse de la CCI des Landes, abonnez-vous en cliquant ici.

Landes

Centre-ville

  • Redynamisation du centre-ville à Capbreton

     

    A Capbreton, la première phase du réaménagement du centre-ville a débuté aux allées Marines et dans les rues adjacentes. La phase 1 se terminera en juin afin de ne pas perturber la saison estivale. Le but annoncé est clair : un aménagement ambitieux, véritable projet de ce mandat, pour redynamiser le centre-ville, le rendre plus attractif, plus vivant et embellir cet espace longtemps laissé entre parenthèses. Des travaux de grande ampleur qui ont un coût : 4,5 millions d’euros financés par Macs (la communauté de communes Maremne Adour Côte sud, NDLR), l’État et la commune.

    Sud Ouest, P.20b, mardi 4 décembre 2018

Revitalisation et ruralité

  • Mont-de-Marsan : après le cœur de ville, l’Agglo aussi a son contrat

     

    Charles Dayot, Président de Mont-de-Marsan Agglo et Frédéric Périssat ont signé un contrat de ruralité, le cinquième du genre dans le département. La Haute Lande, Pays d’Orthe et Arrigans, Landes Nature Côte d’Argent et Adour Chalosse Tursan ont déjà bénéficié de ce dispositif, créé il y a deux ans, et plutôt destiné aux petites intercommunalités. Si on excepte Mont-de-Marsan et Saint-Pierre-du-Mont, 16 des 18 communes de l’Agglo peuvent en effet être qualifiées de rurales. Ces contrats de ruralité vont permettre de coordonner les moyens techniques, humains et financiers afin d’accompagner la mise en œuvre d’un projet de territoire sur 2019 et 2020. Le tout doit s’articuler autour de six thèmes jugés prioritaires : le développement de l’attractivité, la redynamisation des bourgs-centres, la mobilité, la transition écologique et la cohésion sociale.

    Sud Ouest, jeudi 6 décembre 2018

Entreprises agroalimentaires

  • Maïsadour se restructure

     

    Le groupe landais Maïsadour (8.000 adhérents et 5.439 salariés) a décidé de se séparer de 29 de ses magasins Gamm Vert sur 36, au profit du groupe InVivo, une opération qui devrait être effective “dès le printemps 2019” et qui “garantit le maintien de la totalité des emplois et la préservation du maillage territorial”. Les dirigeants estiment en effet que cette filiale n'a pas atteint la taille critique pour être rentable. Maïsadour a cédé aussi sa filiale de poisson frais à Boulogne-sur-Mer pour se recentrer sur sa filière maïs semence dans les pays de l'Est et au Burkina Faso où il a créé une filiale.

    Enfin, le groupe investit sur les volailles maigres afin de se renforcer sur ses cœurs de métiers, avec la fusion de Maïsadour et de Périgord Aviculture (120 éleveurs produisant quelque 3,2 millions de volailles label, un CA de 18,5 M€, siège - maintenu - à Boulazac). Grâce à ce rapprochement, Maïsadour “renforce sa position de n° 2 des volailles label avec désormais un marché de 15 millions de volailles produites sous signe de qualité”.

    Sud Ouest, mercredi 5 décembre 2018

    Périgord aviculture fusionne avec Maïsadour​

    Maïsadour se renforce sur ses métiers

    Maïsadour cède ses magasins Gamm vert et investit dans le poulet​

    APS, vendredi 7 décembre 2018

Success Story

  • Les zincs de comptoir Nectoux s'exportent

     

    A Dax, Nectoux (zincs de comptoirs en étain sur mesure, 1 million d'euros de CA, 7 salariés), labellisée « entreprise du patrimoine vivant » est devenue le spécialiste français du comptoir en étain à l'ancienne. Basée dès 1930, rue de Charonne, dans le 11e arrondissement de Paris, l’entreprise est devenue dacquoise en 2010. Elle réalise 8 à 10 comptoirs par mois pour une clientèle à 60% parisienne.

    A côté du Brebant, du Café Montparnasse, du Bataclan et de nombre d'établissements de quartiers dans la capitale, Le Select à Toronto, Le Viron à Tokyo, La Cantine à Singapour ou le Gaslight à Boston ont également opté pour des zincs Nectoux portant la part des exportations entre 25 et 45 % des ventes et représentant environ 1 million d'euros, selon le cours du dollar.

    Les Echos, jeudi 6 décembre 2018

Énergie

  • Neoen installe une centrale de stockage d'énergie à Azur

     

    A Azur, Neoen (production d'énergie renouvelable) va exploiter prochainement un nouveau parc photovoltaïque. L'entreprise va mettre en place une centrale de stockage de l'électricité, d'une puissance de 6 MW. Elle permettra l'équilibrage du réseau électrique à la demande de RTE et/ou Enedis. Neoen exploite déjà une centrale de stockage à Hornsdale, dans la province d'Australie-Méridionale.

    APS, mardi 4 décembre 2018

    Sud Ouest, P.11, vendredi 30 novembre 2018

Région

Grippe aviaire

  • Grippe aviaire (H5N8) : indemnisation clôturée

     

    Le Ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, a annoncé cette semaine la fin des paiements des indemnisations pour les pertes économiques aux éleveurs de volailles et entreprises de l’aval touchés par l’épisode H5N8 d’influenza aviaire. Au-delà de l’indemnisation des abattages sanitaires intervenus en 2016 et 2017, plus de 2 400 éleveurs de volailles, pour une enveloppe totale de 70 millions d’euros, et 50 entreprises de l’aval des filières volailles, pour un total de 8,4 millions d’euros, ont été indemnisés.

    Sud Ouest, P.6, jeudi 6 décembre 2018

Filière Bois

  • Convention pour la filière bois en Nouvelle-Aquitaine

     

    A Merpins (24), le Président de la Région Nouvelle-Aquitaine Alain Rousset a visité en début de semaine la tonnellerie Taransaud. Il a signé une convention avec l'Office National des Forêts, reconnaissant la tonnellerie comme filière d'excellence. La Nouvelle-Aquitaine est la première région de production de tonneaux : 50% des tonnelleries sont implantées dans la région. La convention concerne tous les milieux forestiers. Il a aussi été question d'innover en matière de transport de bois – notamment les bois nichés en haute montagne dans les Pyrénées – avec un projet de dirigeable capable de transporter 60 tonnes de bois.

    Sud Ouest 5 décembre, p.8 et 6 décembre, p.10

Urssaf

  • Médiateur à l'Urssaf Aquitaine

     

    Depuis le 1er octobre, l’Urssaf Aquitaine, 350 000 cotisants, dispose d’un médiateur pour limiter les contentieux et faciliter ses relations avec les entreprises. Une décision, qui s’inscrit dans le cadre du projet de loi « pour un État au service d’une relation de confiance » (Essoc). Pour présenter ce dispositif de médiation, une conférence-débat, ouverte au public, est organisée jeudi 13 décembre de 17 h 30 à 19 h 30 à l’Institut des métiers de l’artisanat à Bordeaux, en présence du président du conseil d’administration de l’Urssaf Aquitaine, du directeur régional et du médiateur. Elle sera animée par « Sud Ouest ».

    Inscriptions à : hamida.ait-lyazidi@urssaf.fr.

    Sud Ouest, P.6, jeudi 6 décembre 2018