Vous êtes ici

Revue de presse du 15 février 2019

Pour recevoir chaque semaine la revue de presse de la CCI des Landes, abonnez-vous en cliquant ici.

Landes

Enseignement supérieur

  • 3 élèves designers landais au CES à Las Vegas

     

    A Las-Vegas, 3 élèves de l'École Supérieure de Design des Landes sont allés en janvier dernier visiter le salon Consumer Electronics Show consacré à l'innovation technologique en électronique grand public. Ils ont présenté vendredi à l'auditorium de la CCI à Mont de Marsan les innovations de ce rassemblement réservé aux professionnels.

    L’essentiel des marques et start-ups du salon, présentaient des innovations et applications pour le smart home (l’équipement et le fonctionnement de la maison) et la mobilité (voitures autonomes). Évidemment, la 5G, qui est le développement du futur, pour la réalité augmentée, était au cœur de tous les discours. Leur constat est que c’est désormais la voix de l’utilisateur qui sert à lancer les ordres aux machines, pour qu’il soit encore plus au centre du système domotique, doté d’une multitude d’applications. Et pour les muets et les aveugles, la recherche s’oriente vers l’expression du visage ou la commande à partir d’un clavier en braille.

    Les trois élèves ont été impressionnés par la présence de Google, qui avait investi un local situé en dehors du salon, et où il fallait une heure à une heure trente d’attente pour accéder. IBM de son côté prépare encore une autre révolution, avec l’ordinateur quantique, un outil jusque-là réservé aux grandes sociétés et aux laboratoires de recherche, qui permet des calculs beaucoup plus rapides que les autres ordinateurs.

    Sud Ouest, lundi 11 février 2019

Commerces et centre-villes

  • Revitalisation des centres-villes dans les Landes

     

    A Mont-de-Marsan, représentants de l’État, de la Région, des 18 intercommunalités landaises, des chambres consulaires et des établissements publics se sont tous réunis vendredi 8 février, pour plancher sur « la revitalisation des centres-villes et centres-bourgs. La prise de conscience et l’envie de travailler en commun sont désormais bien là et le chantier est immense, comme l’ont rappelé certaines interventions.

    Sud Ouest, samedi 9 février 2019

Entreprises

  • Le spécialiste landais de la ouate de cellulose va pousser les murs et se diversifier

     

    Fondé en 2009 par son actuel dirigeant Thierry Toniutti, le fabricant d’isolant biosourcé à partir de ouate de cellulose, Ouatéco, innove et se diversifie dans de nouvelles matières et de nouveaux secteurs d’activités. L’entreprise landaise, implantée à Saint-Geours de Maremne, va concrétiser cette année un projet qu’elle mène depuis un an en partenariat avec le Village Emmaüs de Lescar. Il s’agit de développer un isolant à base de fibres textiles usagées, car seules aujourd’hui la moitié des 240 000 tonnes de textiles recyclés chaque année est enfouie ou recyclée. Ouatéco est la seule entreprise en France à produire un isolant à haute teneur thermique à base de textile recyclé. Deux millions d’euros seront investis pour se doter de la nouvelle ligne de fabrication. La région Nouvelle-Aquitaine soutient le projet à hauteur de 450 000€. Des travaux pour la construction de 1 250 m² de bâtiment supplémentaires à l’usine landaise seront engagés dans le courant du printemps prochain. L’objectif est d’être opérationnel fin 2019.

    Ouatéco est également en train de concrétiser son projet de produire des granulés en ouate de cellulose à base de matières cellulosiques issues du recyclage telles que le papier journal, la poussière de ouate (connexe de la production de Ouateco) et les boues papetières pour le marché de la litière pour chat baptisée « Chat sent bon ». Pour le mettre au point, la société a travaillé en partenariat avec l’entreprise voisine Zoomalia (spécialisée dans la vente d’accessoires et d’aliments pour animaux domestique), en se basant sur le cahier des charges d’un fabricant canadien. La commercialisation vient de démarrer via le site de vente en ligne de Zoomalia. D’autres distributeurs régionaux devraient commercialiser le nouveau produit.

    APS, lundi 11 février 2019

  • FMS s'agrandit et se diversifie à St-Geours

     

    A Saint-Geours-de-Maremne, FMS (logistique, vêtements de travail et ingénierie informatique, 4 millions d'euros de CA 2018 soit +43% annuels, 180 salariés dont 92% de handicapés) compte agrandir ses locaux de 3.600m² actuellement, notamment pour développer l'ingénierie informatique. Elle compte aussi diversifier ses services logistiques vers l'agroalimentaire et la distribution de consommables aux entreprises. Sur ce dernier segment, elle pourrait ainsi fournir prochainement l'ensemble des agences du Crédit Agricole d'Aquitaine. FMS est la seule entreprise adaptée sous-traitant de rang 1 d'Airbus. Parmi ses 160 clients, elle compte aussi Quiksilver, Labeyrie, Leclerc, Enedis, Engie.

    Les Echos, P.23, mardi 12 février 2019

  • Ennolys s'agrandit à Soustons

     

    A Soustons, Ennolys (arômes naturels pour l'industrie agroalimentaire, 18 millions d'euros de CA annuel, 90 salariés) projette un agrandissement de 2.000m² pour lequel une autorisation est demandée. En outre, un agrandissement de 400m2 de ses ateliers de fermentation et une extension de sa station de prétraitement sont d'ores et déjà autorisés. Enfin, Ennolys lance une nouvelle gamme permettant de renforcer une note beurrée ou d'augmenter une sensation sucrée.

    APS, vendredi 8 février 2019

Portes ouvertes

  • L'Ecole des Courses Hippiques AFASEC de Mont-de-Marsan ouvre ses portes

     

    L'École des Courses Hippiques AFASEC, qui forme les jeunes aux métiers des courses hippiques de trot et de galop à partir de 14 ans, ouvre ses portes au public le samedi 23 mars prochain de 10 h à 17h. C’est une année particulière, puisque l'AFASEC célèbre en 2019 ses 50 ans de formation. L’école présentera ses formations en alternance, métiers et débouchés. Ce sera également l’occasion de rencontre avec les professionnels et les chevaux. Des baptêmes de sulky ponctueront cette journée aux allures de fête, ouverte à tous. 630 élèves et apprentis sont formés chaque année à l'AFASEC et 695 stagiaires rejoignent également les formations adultes.

     

    Communiqué d’annonce du lundi 4 février 2019

Maîtrise d'oeuvre

  • Nouvelle concession landaise en projet pour le groupe Chambon

     

    Le groupe d’origine périgourdine Chambon, piloté via la société Etablissements Chambon & Fils est spécialisé dans le négoce de matériel agricole. Disposant de 21 bases principalement dans le sud-ouest de la France, il emploie quelque 240 personnes, dont la moitié en atelier, 45 en magasins, 35 commerciaux et autant au pôle administratif, pour un chiffre d’affaires annuel de 85 M€.

    Une nouvelle concession dédiée au matériel agricole est en projet dans les Landes. Le foncier concerné, qui couvre plus de 17 000 m² de terrain, est situé sur le territoire de la commune de Saugnac et Muret, sur la zone artisanale locale, au niveau du lieu-dit "Courgeyre de Blanchet", à proximité immédiate de l’échangeur 18 de l’A63. La Communauté de communes Cœur Haute Lande a programmé de prendre en charge le défrichement des lieux, actuellement à l’état de coupe rase, pour y réaliser le dessouchage nécessaire.
    Le groupe Chambon prévoit la construction d’un bâtiment de type industriel en forme de L, sur une emprise au sol d’environ 75x40 m et développant plus de 2 500 m² de plancher. La structure est envisagée sur poteaux poutres et sera dotée de murs coupe-feu. Le projet se traduira également par la réalisation de près de 6 900 m² de voiries, parking et trottoirs. La mission de maîtrise d’œuvre a été confiée à l’agence Haller & Garot Architecture, installée à Montendre en Charente-Maritime. Le lancement du chantier devrait intervenir dans le courant de cette année.

    APS, vendredi 8 février 2019

Région

Industrie agroalimentaire

  • Marques collectives de Nouvelle-Aquitaine

    Les trois ex-régions, qui forment la Nouvelle Aquitaine, avaient déjà créé les marques « Produit en Poitou-Charentes », « Produit en Limousin » et « Signé Aquitaine ». Si l’esprit est resté, l’ambition a été de marier ces trois marques sous une bannière commune ” La Nouvelle Aquitaine ” autour d’un cahier des charges commun. Cahier des charges avec pas moins de 136 critères liés à la qualité, l’hygiène, la traçabilité, la RSE (responsabilité sociétale de l’entreprise), la sécurité des aliments, le process de fabrication, l’impact environnemental, etc. C’est donc le fruit d’un an et demi de travail au sein de l’Association Régionale des Industries Alimentaires de Nouvelle-Aquitaine (ARIA) qui a vu le jour le 1er février dernier.

    Sud Ouest, P.31, lundi 11 février 2019

Infrastructures ferroviaires

  • Pari tenu pour la LGV

     

    La LGV Tours-Bordeaux est mise en service depuis 18 mois. La fréquentation entre Paris et Bordeaux s'établit à 4,6 millions de voyageurs annuels supplémentaires (pour atteindre 18,6 millions). L'objectif était de 4 millions. Au final, à ce jour, la ligne n’est pas rentable pour SNCF Réseau, qui perd 30 millions d’euros sur ce tronçon. Une perte relative, « au regard des estimations (200 millions d’euros) de Guillaume Pépy, président de la SNCF », a rappelé Alain Rousset, le président de la Région Nouvelle-Aquitaine. Il n’empêche, les attentes vis-à-vis de la LGV sont « comblées » pour Alain Juppé, le président de Bordeaux Métropole, qui a salué les « spectaculaires retombées économiques en termes de créations d’emplois et d’installations d’entreprises sur la métropole ». Pour autant, les retombées de cette ligne à grande vitesse ne ruissellent pas assez en dehors de Bordeaux.

    Alain Rousset a profité de ces rencontres pour rappeler qu’il privilégie une LGV Bordeaux-Agen plutôt que Agen-Toulouse, afin de poursuivre la LGV vers l’Espagne et qu’ « il serait suicidaire de ne pas le faire avec 9 000 camions par jour sur nos routes ». À ses côtés, Alain Juppé a réaffirmé sa volonté d’avoir un RER métropolitain pour désengorger la circulation routière sur le territoire.

    Sud Ouest, P.9, vendredi 8 février 2019