Vous êtes ici

Revue de Presse du 30 mars 2018

Pour recevoir chaque semaine la revue de presse de la CCI des Landes, abonnez-vous en cliquant ici.

Landes

FILIERE GRAS

  • Dans les Landes, la filière gras souhaite rester vigilante

    Après les diverses mesures en faveur de la biosécurité, mises en place suite à la première crise aviaire et renforcées après celle de l’an dernier, cet hiver a permis de bien tester le dispositif. Les différentes alertes émises depuis l’été dernier ont mis son efficacité en avant. Les tests réalisés avant tout déplacement de canards ont permis de détecter ces élevages potentiellement infectés. Tout transport à proximité immédiate a donc été proscrit. Les éleveurs voisins prévenus, les transports et découpeurs-conserveurs aussi, les services vétérinaires fin prêts, tout a parfaitement fonctionné.

    Afin d’être sûr que l’attention ne va pas se relâcher au fil du temps, toute la profession réfléchit à organiser régulièrement des exercices de crise, comme il est fait pour les alertes incendies ou les accidents, dans de nombreux sites ou entreprises. Une à deux fois par an pourrait suffire, en associant administration et entreprises privées car mieux vaut prévenir que guérir.

    Sud Ouest, jeudi 29 mars 2018

Énergie verte et entreprises

  • De l’énergie verte en vue sur le site Labeyrie à Saint-Geours de Maremne

    Entité du groupe coopératif basque Lur Berri, la société landaise Labeyrie dispose à Saint-Geours de Maremne d’une unité industrielle dédiée sur quelque 7 000 m² à la découpe du saumon. Employant environ 250 personnes (700 en haute saison), ce site industriel va faire l’objet, sur sa partie extérieure, de nouveaux investissements. Il va s’agir d’implanter une centrale photovoltaïque, par le biais d’ombrières, sur le parking de l’usine (environ 900 places). La zone concernée s’étend sur 25 000 m² et il est question de positionner 13 850 m² de panneaux photovoltaïques. L’ensemble disposerait d’une puissance installée de 2,6 MWc, permettant d’envisager la production de près de 3,2 GWh d’électricité par an. Ceci est équivalent à la consommation électrique de plus de 2 600 personnes, permettant d’éviter le rejet de plus d’un millier de tonnes de CO2 dans l’atmosphère. Le projet en est au stade de la demande de permis de construire. Le chantier, d’une durée prévisionnelle approximative de 5 mois, devrait être réalisé en plusieurs phases, pour laisser en tout temps une partie du parking disponible. Le développement, l’exploitation et la maintenance de ces équipements de production d’énergie photovoltaïque seront assurés par la société Quadran (siège à Béziers, dans l’Hérault), entité du groupe Direct Energie.

    APS, lundi 26 mars 2018

Littoral

  • Littoral de Nouvelle-Aquitaine : le défi de l’attractivité

    Le premier séminaire du GIP Littoral Aquitaine aura lieu jeudi 31 mai prochain à l’Espace culturel Roger Hanin, place des Arènes à Soustons (40). S’appuyant sur les témoignages de collectivités et de professionnels, cette journée constituera un temps fort de diffusion et de partage d’expériences pour impulser et développer de nouvelles formes d’adaptabilité et de gestion sur les territoires littoraux.

    Premier d’un cycle de quatre séminaires, Il doit permettre de partager un constat, présenter des démarches vertueuses et des solutions innovantes, et de débattre sur les résultats à atteindre.

    Tel: 05 56 13 26 28 - contact@littoral-aquitain.fr

    GIP Littoral Aquitain

Hôtellerie

  • Vacances Bleues se développe dans le Sud-Ouest

    Le Sud-Ouest est une destination en vogue et les investisseurs sont nombreux. Mais la particularité du groupe Vacances Bleues, c’est d’être issu du monde associatif qui se revendique de l’Économie sociale et solidaire. « Quand nous investissons dans un lieu, c’est pour le faire vivre, nous ne faisons pas de ‘‘coups financiers’’, nous souhaitons avoir un impact sur la vie locale, » explique Rodolphe Lenoir, directeur commercial et marketing. L’actualité de la société, c’est bien entendu l’ouverture, dans les prochains jours, de l’hôtel Splendid de Dax : « Un vrai challenge, cet établissement est monumental. » Le groupe Vacances Bleues possède les murs d’un tiers de ses établissements et travaille en étroite collaboration avec la Caisse des dépôts, comme c’est le cas à Dax, avec un projet de rénovations du Splendid chiffré à plus de 16 millions d’euros.

    Sud Ouest, P.31, lundi 26 mars 2018

Commerce et filière surf

  • Braderie du surf à Hossegor

    Comme chaque année, la grande braderie du surf d’Hossegor va accueillir du 29 mars au 1er avril quelque 60 000 clients. Comme chaque année, de très bonnes affaires sont à réaliser sur les multiples stands des boutiques de la zone, des magasins d’usines qui déballent pendant quatre jours. 67 exposants y sont prévus ainsi qu’une trentaine de points de restauration (dont cinq permanents). Cette vente au déballage reste vitale pour la zone. Certains magasins y réalisent 30 à 40 % de leur chiffre d’affaires. À noter que ce sera la dernière année où elle accueillera les bradeurs sous cette forme, puisque des travaux de requalification vont démarrer dès les derniers chapiteaux enlevés.

    Sud Ouest, mardi 27 mars 2018

Région

Filière gras

  • Le foie gras a fait le dos rond

    Affaiblie par deux épisodes significatifs de grippe aviaire en 2016 et 2017, la filière foie gras a sauvé sa saison des fêtes de fin d'année selon le Cifog, avec des ventes à +7,7% en volume et à +20% en valeur en grandes surfaces, ces dernières ayant accepté des hausses de prix pour 2017 et 2018. Pour rappel, en 2016, les ventes avaient reculé de -9,5% en volume et de -1,9% en valeur. Mais l'excédent commercial de la filière a été divisé par 2,5 en 2 ans, passant de 57 millions d'euros en 2015 à 22,9 millions en 2017. L'export a souffert avec des fermetures de frontières pour motif sanitaire et la CHR s'est repliée sur des foies bulgares 20% moins chers. Indemnisée à hauteur de 350 millions d'euros en 2 ans, la filière élevage se donne 5 ans pour renforcer ses normes sanitaires.

    Les Echos, vendredi 29 mars 2018

     

Agroalimentaire

  • Poids de l'industrie agroalimentaire en Nouvelle-Aquitaine

    Le service régional de l’information statistique, économique et territoriale de la Draaf (Direction régionale de l’agriculture) de Nouvelle-Aquitaine vient de publier l’essentiel des chiffres de l’agroalimentaire de la région dans son mémento Agreste 2018. L’occasion de rappeler que l’industrie agroalimentaire (IAA) de Nouvelle-Aquitaine emploie 58 800 personnes, générant un chiffre d’affaires de 30,5 milliards d’euros. Avec 4,3 milliards d’euros, ces industries demeuraient le premier poste du solde du commerce extérieur de la région en 2017. Et les IAA de Nouvelle-Aquitaine pèsent pour 56 % du solde du commerce extérieur des IAA françaises.

    Sud Ouest, P.11, jeudi 29 mars 2018

Tourisme

  • Tourisme : plan du CRT à l'horizon 2020

    En Nouvelle-Aquitaine, le Comité Régional du Tourisme dévoile un plan pour attirer 32 millions de touristes par an en 2020, contre 28 millions actuellement. Cet objectif permettrait de générer 30.000 emplois supplémentaires. L'offre hôtelière quatre à cinq étoiles commence à s'étoffer. Un nouveau site Internet sera proposé en juin prochain. Des efforts vont être réalisés sur les réseaux sociaux. Le CRT va structurer ses marchés en sept filières : gastronomie et œnotourisme, affaires et évènements, sports, croisières, bien-être, « grands acteurs et grands sites » et « City Break ». Les salariés du CRT vont travailler au développement des marchés prioritaires (Europe du Nord, de l'Est, Asie, Amérique du Nord-Pacifique).

    Sud Ouest, P.9, mercredi 28 mars 2018

Centre-ville

  • Plan « Action cœur de ville » en Nouvelle-Aquitaine

    Le plan national « Action cœur de ville » a été présenté mardi dernier à Châtellerault par Jacques Mézard, Ministre de la Cohésion des territoires. 222 villes de France sont retenues dans cette opération qui mobilise cinq milliards d'euros sur cinq ans, dont 22 en Nouvelle-Aquitaine et 2 dans les Landes : Mont-de-Marsan et Dax.

    Ce plan qui disposera d’une enveloppe de 5,4 Md€ sur 5 ans (l’Etat : 1 Md€ ; Caisse des Dépôts : 1 Md€ d’aides + 700 M€ en prêts ; Action Logement : 1,5 Md€ ; l’Anah : 1,2 Md€) a pour objectif d’accompagner des projets portés par des villes moyennes en vue de redynamiser les centres-villes. Chacune d’elles fera l’objet d’une convention de revitalisation sur 5 ans qui devra reposer sur 5 axes structurants : "de la réhabilitation à la restructuration : vers une offre attractive de l’habitat en centre-ville ; favoriser un développement économique et commercial équilibré ; développer l’accessibilité, la mobilité et les connexions ; mettre en valeur les formes urbaines, l’espace public et le patrimoine ; fournir l’accès aux équipements et services publics”.

    Le Conseil départemental des Landes apporte également sa pierre à l’édifice. Il a annoncé que pour 2018, il allait ajouter une aide à l’ingénierie des collectivités pour financer les études d’aménagement en vue de la revitalisation des centres-bourgs et centres-villes.

    Sud Ouest, mardi 27 et mercredi 28 mars 2018

    APS, mardi 27 mars 2018