Vous êtes ici

Revue de presse du 17 novembre 2017

Pour recevoir chaque semaine la revue de presse de la CCI des Landes, abonnez-vous en cliquant ici.

CCI des Landes

Événement

  • 6ème colloque Régional éco-conception

     

    Mardi 5 décembre prochain, la CCI des Landes, la CCI de Bordeaux Gironde, la CCI Nouvelle-Aquitaine, l’ADME, le Conseil Régional, le Pôle éco-conception et le Pôle éco-industries, organisent le 6ème colloque régional de l’éco-conception au sein des locaux de la CCI des Landes à Mont de Marsan.

    Démarche préventive et novatrice, l’éco-conception prend en compte les impacts environnementaux dans la conception et le développement d’un produit tout au long de son cycle de vie. Avec l’accélération de la transition écologique, l’éco-conception permet aux entreprises de répondre aux exigences d’une clientèle plus portée sur le développement durable, mais aussi d’en tirer des avantages économiques certains, notamment via l’économie circulaire.

    « Entreprises, réussissez votre transition écologique ! », mardi 5 décembre 2017 de 9h30 à 17h. Entrée libre Programme et inscriptions ICI

    Les Annonces Landaises, P.3, samedi 11 novembre 2017

    17 novembre 2017

Landes

Prix des Néo-Aquitains

  • L’art de commander un navire appliqué au management

    Mardi prochain, Olivier Lajous sera à la remise des prix de l’Éco Néo-Aquitains. Amiral. Elu meilleur DRH en 2012, il témoignera de l’art de rebondir. Il a débuté sa carrière comme matelot à 18 ans et a terminé amiral et numéro 3 de la Marine Nationale après y avoir décroché le titre de DRH (Directeur des Ressources Humaines) de l’année en 2012.  Cette même année, il choisit de mettre à profit son expérience du management, écrit un livre « L’Art de diriger », intervient comme conférencier dans de nombreuses grandes écoles et entreprises et devient directeur du programme Executive Masters à Sciences Po. Ce en quoi il croit pourrait tenir en ces quelques mots : un salarié qui va bien dans son entreprise donnera davantage pour le collectif et le développement de l’entreprise. Mardi aura lieu la remise des prix au Pôle culturel du Marsan.

    Renseignements et inscriptions : communication@sudouest.fr

    Sud Ouest, mardi 14 novembre 2017

Grippe aviaire

  • Le Landais Maïsadour s’impose 100 mesures de biosécurité

    L’abattoir de Mugron du groupe coopératif Maïsadour est désormais dédié à la biosécurité et plus précisément au nettoyage, à la désinfection et au stockage des camions et des cages de transport d’animaux vivants (canards à gaver). Vendredi dernier, le site a été officiellement inauguré, une manière pour Maïsadour de dire haut et fort qu’il s’est saisi des enjeux de biosécurité, au point d’établir 100 mesures qui seront appliquées à toutes les étapes de sa chaîne de production, à commencer par les 58 mesures pour l’accouvage (qui avait mis à mal 95 % des cheptels de reproduction du groupe coopératif lors de l’épisode de grippe aviaire de 2017). La bande unique est par ailleurs devenue la règle. Le personnel a été formé et la gestion des flux sur les sites répond à un plan de circulation strict. Pour l’élevage et le gavage, 21 mesures conditionnent les unités de production et leur organisation. Le volet nutrition animale a, lui aussi, son lot de règles strictes, tout comme les abattoirs. Au total, Maïsadour a investi 3 millions d’euros dans ces mesures et ses 3 000 éleveurs, 8 millions d’euros.

    Sud Ouest, lundi 13 novembre 2017

    Presselib, mardi 14 novembre 2017

  • Soulagement dans la filière volailles et palmipèdes

    C’est officiel depuis la fin de semaine dernière, les pertes de production des éleveurs de volailles dues au vide sanitaire pris pour éradiquer le virus de l’influenza aviaire vont être indemnisées. Y compris celles subies après la date de fin du vide sanitaire (le 29 mai), où la filière, désorganisée, n’avait pas pu fournir poussins et canetons à tous ceux qui en demandaient.

    Même si Stéphane Travert, Ministre de l’Agriculture, s’engage sur à peine plus de la moitié des pertes, l’ensemble des professionnels est satisfait. François Lesparre, Président de la FDSEA des Landes, et Marie-Pierre Pé, Directrice Générale du Cifog, sont soulagés par l’annonce et salue les mesures mises en place qui répondent aux manifestations de l’ensemble des acteurs de la filière.

    De son côté, le préfet Frédéric Perissat rappelle qu’il a fallu se mettre d’accord avec la Commission européenne pour pouvoir indemniser et engage tous les acteurs à « ne pas relâcher les efforts collectifs [car] il n’y a pas de rigueur molle ou adaptative, il y a de la biosécurité qui repose sur trois principes : l’hygiène, le bon sens et la traçabilité, à tous les stades de la production. »

    Sud Ouest, vendredi 10  et samedi 11 novembre 2017

     

Entreprises

  • Coveris investit pour atteindre 100% de bouteilles recyclées

    A l’horizon 2018, l’entreprise landaise Coveris compte totalement substituer de la matière première recyclée à la place de la résine de pétrole pour fabriquer ses flacons, bouteilles et autres contenants alimentaires. Cet effort coûtera 2 millions d’euros à la société qui fournit en récipients Danone, Euralis, Yoplait, Labeyrie ou Blédina. Actuellement l’usine de Soustons travaille à partir de déchets de bouteilles plastiques collectées notamment par les filiales du groupe Suez à raison de 17 000 tonnes rassemblées dans les centres de Bayonne, Bègles et Pau. Un procédé qui permet d’économiser chaque année 5 000 tonnes d’équivalent pétrole.  La montée en puissance de Coveris lui a permis d’embaucher 20 personnes en CDI en 2016 et 15 en 2017. Issue de l’ex-entreprise Monoplast, Coveris appartient aujourd’hui à la multinationale américaine Global Rigid. Elle affiche des ventes de 28 millions d’euros (contre 17 en 2010) et emploie 165 personnes à Soustons ainsi que 35 autres dans son établissement de Mont de Marsan.

    APS, vendredi 10 novembre 2017

  • Roy TP prépare la création d’une plate-forme de 31 000 m²

    A Pouydesseaux, où est implanté son siège social, la société landaise Roy TP, spécialisée dans l’extraction et le négoce de matériaux de construction ainsi que les travaux publics et le génie civil, a programmé l’aménagement d’une plate-forme de valorisation et de recyclage de matériaux de construction (sous-couche routière, bétons, pierres…) et de bois. Cette installation qui s’étendra sur 31 000 m² sera dédiée également au négoce de matériaux de carrière. Elle disposera notamment de bassins de traitement des effluents et d’une station de broyage et de concassage.

    Les futures installations sont appelées à remplacer le site que la société de TP exploite sur une autre commune landaise (Le Frêche) et qui devrait fermer prochainement. Le dossier relatif à la nouvelle plate-forme en est au stade des autorisations administratives. Le chantier devrait être engagé courant 2018.

    APS, vendredi 10 novembre 2017

Industries

  • L’usine Thalie teste un nouveau procédé industriel

    Le site de compostage de Campet-et-Lamolère a été choisi pour tester un système permettant de valoriser l’ammoniac et d’aller encore un peu plus loin dans l’économie circulaire. Ce procédé mis au point par Alcion Environnement, filiale de Veolia, permet de valoriser l’ammoniac issu de la fabrication du compost. Les résidus, autrefois retraités par la station d’épuration de Tarnos, sont aujourd’hui transformés. L’appareil, composé notamment d’une tour de distillation, permet d’extraire de ces déchets une solution d’ammoniac utile à l’industrie ou du nitrate de sodium. Les premiers mètres cubes de nitrate de sodium issus du procédé ont été testés avec succès.

    Sud Ouest, mardi 14 novembre 2017

  • Le financement du laminoir du port de Bayonne est en bonne voie

    L’ensemble des conditions suspensives posées par l’État français pour boucler le plan de financement du projet de laminoir à Bayonne - 60 millions d’euros – ont été levées. L’investissement du consortium bancaire espagnol était la condition sine qua non à la poursuite du projet. Dès la semaine dernière, le Conseil départemental des Landes a signifié cette information auprès du président de la République Emmanuel Macron et du ministre de l’Économie Bruno Le Maire. Les courriers sont signés du président Xavier Fortinon et du député Boris Vallaud rappellent que « ce projet d’implantation de deux laminoirs de 500 000 tonnes vise à doter Celsa France, premier client du port de Bayonne, d’un complexe sidérurgique parmi les plus compétitifs d’Europe. À terme, le site contribuera à la création de 300 emplois nouveaux. » Désormais, la balle est donc dans le camp de l’État français pour « finaliser l’opération avec le concours de BPI France et de la Caisse des Dépôts et Consignations. »

    Sud Ouest, mercredi 15 novembre 2017

Thermalisme

  • 11,1 % de curistes en plus en 2017

    La fréquentation thermale dans les Landes poursuit sa croissance sur le 3ème trimestre 2017. Selon une enquête du Comité Départemental du Tourisme auprès des établissements thermaux, 25070 personnes y ont effectué une cure, entre les mois de juillet et de septembre2017, soit une hausse de 0.7% par rapport au 3ème trimestre 2016. Parmi les plus belles progressions de l’année, Saubusse, avec 1556 curistes bondit de 11.1%, suivie par Préchacq-les-Bains avec une évolution de 4%. De leur côté, Dax et Eugénie-les-Bains conservent respectivement leur 1ère et 3ème place sur le podium.

    Sud Ouest, jeudi 16 novembre 2017

    La Vie Economique, P.8, mercredi 15 novembre 2017

France

E-Commerce

  • En croissance, le e-commerce a encore besoin des réseaux physiques

     

    Au deuxième trimestre 2017, le chiffre d’affaires du e-commerce s’est élevé à 19.5 milliards d’euros (+11%). Le 19 septembre dernier, à Paris, la Fevad, Fédération du e-commerce et de la vente à distance qui regroupe 600 entreprises et 800 sites, a délivré les derniers chiffres et tendances de ce secteur. Le e-commerce a enregistré pas moins de 287 millions de transactions et les cyberacheteurs passent en moyenne plus de 3 commandes par mois. S’ils deviennent toujours plus actifs, cela est dû à l’offre qui s’élargit.

    La France compte donc 208 000 sites marchands (en augmentation de 10%) et près de 37 millions de cyberacheteurs (964 000 de plus que l’an passé). Désormais tout le monde achète sur internet, même les séniors qui ont tardé à s’y mettre. Dans le secteur particulier de la mode et du textile, l’importance stratégique de l’Internet ne cesse de se développer, avec la tendance forte de l’imbrication entre la Toile et les réseaux de distribution physique. Dans ce secteur, la convergence reste forte entre le commerce physique et le commerce digital.

    Les Annonces Landaises, P.7, samedi 4 novembre 2017