Vous êtes ici

Revue de presse du 13 avril 2018

Pour recevoir chaque semaine la revue de presse de la CCI des Landes, abonnez-vous en cliquant ici.

Landes

Industrie agro-alimentaire

  • Maïsadour Semences va devenir Mas Seeds et veut tripler son activité d’ici 2026

    Entité du groupe coopératif landais Maïsadour, la société - et marque commerciale - Maïsadour Semences va changer d’identité pour devenir Mas Seeds. Un changement qui n’est pas que cosmétique. Il s’agit notamment de "mieux afficher sa volonté d’innover et ses ambitions internationales", annonce la direction, qui précise que "l’abandon du mots maïs dans le nouveau nom veut rappeler la diversité des semences produites".

     Tablant sur un chiffre d’affaires 2017-2018 de 140 M€, Mas Seeds ambitionne de tripler ses ventes à l’horizon 2026. "Nous allons poursuivre nos investissements en R&D, en ouvrant dans les Landes, dès 2018, 3 nouveaux sites d’expérimentation. Nous prévoyons aussi d’investir près de 3 M€ dans l’usine de Haut Mauco et ainsi renforcer notre capacité de production", détaille Régis Fournier, Directeur Général de Mas Seeds.

    En Europe, l’objectif est d’accroître les volumes de production, en passant de 2,5 millions de sacs actuellement à 3,2 millions en 2022 puis 4 millions en 2026. Mas Seeds souhaite développer ses ventes à l’international via sa présence en Europe mais aussi sur de nouveaux marchés, notamment en Afrique.

    APS, mardi 10 avril 2018

    Sud Ouest, mercredi 11 avril 2018

Entreprises

  • A Hossegor, la société Surfland veut créer un ensemble commercial de 1 200 m²

    Installée à Riedisheim, la société alsacienne Surfland, spécialisée dans le portage de dossiers pour le compte de tiers, prépare la création d’un nouvel ensemble commercial sur le territoire de la commune landaise de Soorts-Hossegor. Le projet prévoit l’édification de 1 200 m² de locaux commerciaux, avenue des Couteliers. La mission de maîtrise d’œuvre a été confiée au cabinet toulousain Craft Architecture. Le dossier en est au stade des autorisations administratives. La consultation des entreprises devrait être engagée prochainement pour une mise en chantier dans le courant de l’été prochain. Les futures installations sont destinées à accueillir deux enseignes, dont le spécialiste de l’équipement de la personne Carhartt.

    APS, jeudi 12 avril 2018

Énergie et entreprises

  • Maïsadour, leader de l’autoconsommation d’énergie renouvelable

    Le groupe coopératif landais Maïsadour va se doter de la plus grande ferme photovoltaïque en autoconsommation de France, grâce au concours de la société Valénergies. Toute l'électricité produite par les panneaux photovoltaïques installés par Valénergies sera consommée par le groupe agroalimentaire ; ce qui devrait représenter 11 % de ses besoins. Filiale du groupe luxembourgeois Valfidus, Valénergies a développé une solution technique innovante, baptisée EllyBox, qui permet de piloter au plus près son autoconsommation en énergie renouvelable, sachant que le client n'a rien à débourser pour l'installation de la centrale photovoltaïque productrice d'énergie. Elle va installer les panneaux photovoltaïques, à ses frais, qu’elle mettra à disposition de Maïsadour contre rémunération.

    La Tribune Bordeaux, mardi 13 mars 2018 

Région

Emploi

  • Près de 225 000 intentions d’embauche cette année en Nouvelle-Aquitaine (+17,3%)

    Selon les données de Pôle emploi, pour 2018, les perspectives de recrutement sont en hausse de 17,3% en Nouvelle-Aquitaine et s’établissent à 224 930 intentions d’embauche (dont un peu plus de 45% concernent des emplois saisonniers), soit environ 33 000 de plus qu’en 2017. Pour la première fois depuis la création de cette enquête annuelle, "plus d’un quart des employeurs de la région envisage de recruter (26,2%, +3,1 points)", indique Pôle Emploi. La Gironde à elle seule concentre 65 322 projets de recrutement (17% du total régional sur le seul bassin d’emploi de Bordeaux), suivie par la Charente-Maritime (29 270), les Pyrénées-Atlantiques (21 743), les Landes (18 330), le Lot-et-Garonne (14 927), la Dordogne (14 671) et la Charente (12 197).

    APS, Sud Ouest, mercredi 11 avril 2018

LGV

  • LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax : le recours des opposants rejeté

    Le Conseil d’Etat a rejeté mercredi dernier les 7 requêtes déposées contre la Déclaration d’Utilité Publique de la Ligne à Grande Vitesse au sud de Bordeaux. Celle-ci devrait permettre de rallier Bordeaux à Toulouse en 65 minutes, en 2024, Bordeaux à Dax en gagnant 20 minutes, en 2027, et Dax à l’Espagne en 2032.

    Le Conseil d’Etat valide ainsi le projet en soulignant que la "procédure suivie a été régulière". Sur le fond, il reconnaît "l’intérêt public que présente ce projet pour l’aménagement du territoire", et estime que "les expropriations envisagées pour sa réalisation sont nécessaires pour atteindre les objectifs de l’opération".

    Sud Ouest, mercredi 11 avril 2018

    APS, jeudi 12 avril 2018

Marché Public

  • Conseil Régional et Fédération Française du Bâtiment étendent leur convention

    Alain Rousset, Président du Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine et Olivier Salleron, Président de la Fédération Française du Bâtiment de Nouvelle-Aquitaine, viennent de signer une convention de bonnes pratiques pour le soutien à l’activité économique des entreprises du bâtiment. L’objectif pour la Région ? "Faciliter l’accès des entreprises de toute taille à sa commande publique (…), satisfaire les besoins au plus grand nombre d’entreprises du bâtiment et faciliter leur trésorerie". Après les conventions conclues en 2009 puis en 2013, ce nouvel accord "étend à l’ensemble du territoire les dispositions favorables au soutien de l’activité économique et porteuses d’une concurrence élargie tout en étant attentive à la prévention du travail illégal". Il est notamment prévu l’’amélioration des délais de règlement des sommes dues au titre des marchés publics. Le Conseil régional entend par ailleurs développer le recours au Marchés Publics Simplifiés (MPS) et s’engage à "poursuivre son action en matière d’avances de démarrage pour tous les marchés supérieurs à 25 000 € HT (…) qui seront attribuées de plein droit et sans formalité".

    APS, lundi 9 avril 2018

Entreprises

  • Une vingtaine de projets en développement pour Biltoki qui veut devenir leader européen des marchés de halles

    Créée en 2009 et basée à Anglet, la société Biltoki ("l’endroit qui rassemble" en basque) est spécialisée dans la création et l’exploitation de marchés de halles, réunissant dans les centres-villes "les meilleurs spécialistes de chaque métier de bouche au sein d’un lieu central". Outre l’implantation fondatrice, Les Halles des 5 Cantons à Anglet, Biltoki a par la suite développé son activité à Mont de Marsan et Dax, mais aussi Bordeaux et en octobre prochain à Talence (33). La PME compte actuellement une vingtaine de projets en développement "partout en France". A terme, l’ambition est simple : "devenir leader européen des marchés de halles". Employant 17 personnes, Biltoki devrait voir son équipe atteindre une trentaine de collaborateurs d’ici la fin de l’année.

    APS, vendredi 6 avril 2018

France

Fibre Optique

  • Quand la fibre optique arrivera-t-elle chez vous ?

    La France a lancé, dès 2013, son plan très haut débit, mais le déploiement de la fibre optique reste encore concentré dans les grandes villes. Or, aujourd’hui, l’accès au très haut débit (à partir de 30 mégabits par seconde) est devenu un critère majeur dans le choix d’installation aussi bien pour une entreprise qu’un particulier. Avec une augmentation de 30% de nos besoins en internet chaque année et un nombre d’appareils connectés en nette augmentation (7 par foyer), le système classique sature. Ainsi, 7,5 millions de Français sont privés d’un accès minimal à Internet (3 mégabits par seconde), en particulier dans des départements ruraux.Avec la fibre optique, la qualité du signal est la même sur tout le territoire, mais, pour l’heure, seuls 3,3 millions de foyers français y sont abonnés. Si les opérateurs privés ont accepté de financer à leurs frais le déploiement de ce nouveau réseau d’ici 2022, le déploiement de la fibre en milieu rural ou périurbain se fera aux frais des collectivités territoriales. Conscient que c’est un enjeu d’attractivité économique mais aussi d’aménagement du territoire, le gouvernement a donc promis que 80 % de la population seront raccordés en fibre optique d’ici 2022 et que 100 % des Français auront accès à un « bon » débit (plus de 8 mégabits) dès 2020.

    Sud Ouest, mercredi 11 avril 2018