Vous êtes ici

Revue de presse du 06 octobre 2017

Pour recevoir chaque semaine la revue de presse de la CCI des Landes, abonnez-vous en cliquant ici.

CCI des Landes

Enseignement supérieur

  • Première rentrée à l’école du numérique

    Les élèves de la première promotion de l’École Supérieure du Numérique des Landes (ESNL) ont fait leur rentrée lundi dernier, dans les locaux de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Mont-de-Marsan. Ils sont une quinzaine, tous diplômés d’un bac+2, à suivre cette formation en alternance (une semaine à l’école, deux semaines en entreprise), pour coller au mieux aux besoins des employeurs.

    Ayant le choix entre deux parcours (développement Web mobile ou administration système et réseaux), ils seront amenés à administrer des bases de données dans des PME ou des grandes entreprises comme Rip Curl, Volcom, Primland, IMP industries, Copytel, etc.

    Bernard Dufau, vice-président de la CCI, insiste sur le côté professionnel : « Nous avons choisi le mode de l’alternance pour faciliter l’insertion de ces jeunes talents, dit-il. Car non seulement l’étudiant est rémunéré, mais en plus il peut se prévaloir à la fin du cursus d’un an d’une expérience professionnelle. »

    Reconnu par l’État et accrédité par la commission nationale des certifications professionnelles, le Bachelor (bac +3) pourra déboucher les années suivantes sur des diplômes mastère bac +4 et bac +5. Cinq places sont encore libres.

    Plus de renseignements ICI

    Presselib, mardi 3 octobre 2017

    Sud Ouest, mercredi 4 octobre 2017

Landes

Crise Aviaire

  • Un grand rassemblement de soutien à la filière avicole prévu samedi

    La mobilisation des éleveurs de la filière avicole ne faiblit pas avec samedi prochain, à 10 heures, un rassemblement de soutien organisé à Castelnau-Chalosse. Il s’agira à nouveau de réclamer l’indemnisation totale de la dernière crise, jusqu’à la reprise effective de l’activité dans les exploitations. Si FDSEA, Jeunes Agriculteurs 40, Modef et FDJA-Modef devraient être au rendez-vous, les acteurs de la filière n’en sont, cette fois-ci, pas à l’initiative.

    Les syndicats agricoles espèrent voir la solidarité citoyenne atteindre une nouvelle dimension. Car les effets du mouvement, initié il y a 3 semaines, commencent à se faire sentir. L’échelon politique départemental se mobilise. La Région tend l’oreille. Ça « frémit » au Ministère. « Le ‘‘non’’ ferme de l’État sur les indemnisations est devenu un “on cherche une solution” », se félicite François Lesparre, le président de la FDSEA.

    Sud Ouest, vendredi 29 septembre et mardi 3 octobre 2017

     

Viticulture

  • Un vin de Tursan élevé sous le sable

    Dix ans après le dernier ensablement de barriques de vin dans la dune d’Hossegor, la cave coopérative de Tursan a relancé cette tradition au printemps dernier. Son objectif, cette fois, est d’étudier de manière méthodique et sur la durée, les effets du vieillissement dans un chai naturel constitué de sable, à deux mètres de profondeur environ et qui offre une température et une humidité constantes.

    Une convention sur 9 ans a été signée avec l’ONF, qui s’est chargée de trouver un site idéal sur la dune de Messanges, avec un chemin de servitude pour les secours, sans dommages importants pour la faune et la flore, afin d’y entreposer les barriques chaque année. Le but est de mesurer les effets de cet enfouissement sur l’évolution du vin en comparant le résultat avec un échantillon témoin qui est resté à la cave en Chalosse, recueillir des indicateurs sur la température, les analyses chimiques, jusqu’à sélectionner plusieurs essences de chêne pour les barriques. Tout sera étudié à la loupe afin d’obtenir un vin le plus qualitatif possible.

    Sud Ouest, vendredi 29 septembre et mardi 3 octobre 2017

     

Entreprises

  • Pull-In retrouve le chemin de la croissance et va s’agrandir à Hossegor

    Reprise par Impala en 2013, la marque Pull-In, portée par la société landaise SAS LYL (48 personnes, siège à Hossegor) retrouve le chemin de la croissance après avoir connu plusieurs années compliquées, notamment liées à la concurrence des sous-vêtements masculins distribués dans les grandes surfaces nationales. Pour réagir, la marque a dû replonger aux sources et adopter un mode de fonctionnement de start-up. Son dirigeant, Emmanuel Lohéac a retrouvé un rôle central de directeur général opérationnel englobant à la fois le poste de directeur artistique et celui de directeur commercial, "ce qui a permis de gagner en réactivité, en productivité et en créativité".

    Après 2 ans de réorganisation, Pull-In a lancé en 2015 un nouveau produit phare avec le dening, une nouvelle gamme de jeans alliant confort, élasticité et qualité qu’elle a décliné cette année en short homme et femme. Le dening remporte rapidement un vif succès commercial. "Cette année, nos ventes sont en croissance de 17% sur l’ensemble des boutiques. Cette progression s’explique en partie par le succès des dening ainsi que par le renouveau des sous-vêtements", précise le dirigeant.

    Cette année, Pull-In table sur un chiffre d’affaires de 10 M€ contre 8,9 M€ en 2016 et vise dans les prochaines années d’atteindre les 15 M€. Côté export, la marque est présente dans une vingtaine de pays. Pour faire face à ce rebond, la société envisage d’agrandir ses installations d’Hossegor de 1 000 m² afin d’accroître ses moyens logistiques et étendre ses bureaux.

    APS, vendredi 29 septembre 2017

  • Une collaboration entre Thierry Marx et le conserveur Dubernet

    La conserverie Dubernet, de Saint-Sever, reprise depuis trois ans par deux associés, Jean-Baptiste Gaüzère et Jean-Baptiste Valeyre, annonce sa collaboration avec le chef cuisinier Thierry Marx, ancien patron de la table du Château Cordeillan-Bages (Médoc). L’objectif est de remettre un peu de créativité dans la maison Dubernet. Ainsi, pour les fêtes de fin d’année, la maison Dubernet promet « une recette de foie gras inédite, et qui tiendra le haut du pavé », selon ses concepteurs.

    Parmi sa large gamme de produits et salaisons de haute qualité, la maison déclinera aussi deux nouveaux produits. Tout d’abord un jambon de bœuf, réalisé avec de la poitrine de bœuf de Chalosse, il sera saumuré, pris au sel, fumé puis cuit. Ensuite, une poitrine de poulet fermier des Landes, travaillé comme un jambon.

    Sud Ouest, jeudi 5 octobre 2017

  • Installation d’une centrale d’enrobage mobile à Cazères sur l’Adour

    Suite à l’enquête publique qui s’est déroulée avant l’été, la société gersoise GAMA (Gascogne Matériaux) vient d’obtenir le feu vert de la Préfecture des Landes pour exploiter une centrale d’enrobage à chaud de matériaux routiers à Cazères sur l’Adour. Cette nouvelle unité mobile sera installée au sein de la zone de Jouanlanne. Elle va permettre de répondre à de nouveaux marchés sur le secteur de Saint-Sever et de Cazères sur l’Adour et de réduire les déplacements de camions.

    APS, le 16 heures du mercredi 04 octobre 2017

Success Story

  • Miss Zabaldu vend ses tabliers dans le monde entier

    « C’est une amie, Johanna Goegel de JSG Cake Design à Langon, qui m’a commandé mon premier tablier, raconte Stéphanie Minvielle. Elle l’a posté sur Facebook et j’ai eu aussitôt dix commandes supplémentaires. » Parmi elles, Roxane Piana, youtubeuse à succès de L’Atelier de Roxane et candidate remarquée de l’émission « Le Meilleur pâtissier » en 2015 sur M6. Avec son million et demi d’abonnés sur Instagram, la pâtissière fait une pub d’enfer aux tabliers de Miss Zabaldu. « Les trois quarts des candidats de l’émission m’ont appelée pour avoir leur tablier. Depuis ça n’arrête pas, c’est génial. »

    Stéphanie écume les salons partout en Europe et même aux États-Unis, comme au New York Cake Show, en juin dernier. Là, le chef Rubber, une référence de la pâtisserie aux « States », s’est arrêté net devant son stand pour lui commander des tabliers pour toutes ses vendeuses, plus un stock supplémentaire pour son magasin de Las Vegas. Dans la foulée, Miss Zabaldu a signé un partenariat avec la marque d’électroménager KitchenAid. Puis c’est la production de « Scènes de ménage », sur M6, qui lui a commandé un tablier pour la fameuse Huguette, personnage phare de la série. Partout où elle passe, ses tabliers « girly » aux motifs colorés et acidulés tout droit sortis des années 1950, font fureur. Le succès aidant, Miss Zabaldu se sent pousser des ailes et voudrait embaucher des couturières et une comptable, créer une boutique atelier de couture et pâtisserie à Puyoô, près d’Habas, lancer une production locale et de qualité, 100 % made in France… En attendant, elle est attendue le 26 octobre prochain à Paris pour le concours national Le Formidable e-commerçant. Elle fait partie des cinq finalistes sur 510 participants. Un vrai conte de fée.

    Sud Ouest, dimanche 1er octobre 2017

Thermalisme

  • Une journée dacquoise pour la délégation chinoise

    Mardi dernier des entrepreneurs et un médecin représentant l’hôpital de Chongqing, (30 millions d’habitants, au centre de la Chine) ont rencontré leurs homologues de l’Institut du thermalisme, mais aussi de l’hôpital thermal, ou encore du cluster aquitain Aqui O Thermes. L’objectif, dans ce projet de partenariat naissant, c’est de structurer petit à petit des échanges, alors que chez eux, le thermalisme médical en est à ses balbutiements.

    Cet échange est réalisé dans le cadre de l’association Aquacert international et qui développe le standard Aquacert de certification du thermalisme créé par les Français, à l’international, en partenariat avec les membres du cluster, l’institut et le laboratoire LHE de Bordeaux université. Le matin, ils ont donc visité l’usine de boues, puis ils ont rencontré Charles Cowan, médecin-cadre de l’hôpital thermal, avant de passer à l’Institut du thermalisme. « Ils se posent des questions sur le vieillissement de leur population, et quand on leur explique que 60 000 curistes viennent à Dax chaque année, ils sont impressionnés, pour ce qui reste pour eux une toute petite ville. » Dans les thermes Bérot, ils ont aussi eu l’occasion de tester l’application de boue et la douche de térébenthine, deux « produits » phare, mais aussi de repartir avec des produits de la gamme Acquadax. Peut-être le début d’un beau partenariat entre Dax et Chongqing ?

    Sud Ouest, jeudi 5 octobre 2017

Région

Appel à projets

  • Un appel à projets pour l’Economie de la connaissance, l’Innovation, la Compétitivité des entreprises

    L’Eurorégion Nouvelle-Aquitaine Euskadi Navarre lance un appel à projets intitulé "Economie de la connaissance - Innovation - Compétitivité des entreprises. L’objectif ? "Créer des chaînes de valeur euro-régionales" dans 6 secteurs-clés : Aéronautique, aérospatial, fabrication avancée automobile - Agriculture et industrie agroalimentaire - Santé/bio-santé, Silver économique - Energies renouvelables - Ressources marines et du littoral - Construction durable bois. Cet appel à projets, dont les candidatures sont ouvertes jusqu’au 31 octobre prochain, vise à “accélérer et amplifier des projets de développement de méthodes, produits ou services innovants en regroupant les acteurs de référence, depuis l’université jusqu’à l’entreprise, autour de collaborations stratégiques euro-régionales”. Celui-ci est doté d’un budget de 300 000 €.

    APS, le 16 heures du vendredi 29 septembre 2017

Infrastructure ferroviaire

  • Tournant dans la bataille de la LGV ?

    Mercredi 4 octobre dernier, à l’Hôtel de région de Toulouse, la Nouvelle-Aquitaine et l’Occitanie se sont retrouvée pour sonner la mobilisation des forces vives des deux régions afin de tenter de débloquer le dossier de la LGV Bordeaux – Toulouse – Espagne via les Landes et le Pays Basque. Les deux régions couvrant le Grand Sud-Ouest n’acceptent pas le coup de frein donné par le gouvernement. En Occitanie, 88% des habitants veulent les LGV : un score qui parle de lui-même ! L’investissement nécessaire pour réaliser les tronçons Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax est estimé à 9 milliards d’euros, aménagement des gares compris.

    Presselib, mardi 3 octobre 2017