Vous êtes ici

Crise aviaire : proposition de mesures pour les entreprises de la filière "aval"

La Chambre de Commerce et d’Industrie et la Chambre des Métiers et de l’Artisanat des Landes ont réuni des entreprises de l’aval concernées par l’épisode de grippe aviaire le jeudi 18 février pour recenser les besoins des entreprises, faire un point sur la filière «aval» afin d’estimer dans quelle mesure les entreprises sont impactées et à quelle hauteur, elles pourraient l’être prochainement.

 

Depuis le mois de novembre 2015, 69 foyers d’influenza aviaire hautement pathogènes ont été recensés dans 8 départements de la région Sud Ouest, touchant principalement les filières palmipèdes. Parmi eux, 27 foyers concernent le département des Landes. Les activités de la filière «aval» sont également impactées : conserveurs, transports, textile, valorisation coproduits d’abattage ou de transformation, fabricants d’équipements et de machines, maintenance industrielle…

 

La CCI des Landes et la CMA ont estimé à plus de 100 entreprises et 300 artisans touchés par la Crise aviaire. 5 000 salariés seraient ainsi concernés. Mais ces données seront affinées par les résultats de l’enquête menée par les deux chambres consulaires auprès de leurs ressortissants concernés. Les résultats plus poussés seront connus fin mars.

 

A l’issue de la réunion et après avoir entendu des témoignages de chefs d’entreprises (Bernard Tremont de Tremont SAS à Pomarez, Raymond D’artigues de Foie Gras Raymond D’artigues à Pomarez, Jean Vinvent de Scop Escriba à Hagetmau, Dominique Destribots de Transport Dauga à Hagetmau, Fabien Chevalier de Maison Lafitte à Montaut…), 15 mesures ont été retenues et seront proposées aux pouvoirs publics. Parmi celles-ci, des mesures dites « d’urgence » dont l’exonération des charges fiscales et sociales sur au moins un exercice, le report d’un an des remboursements d’emprunt, le déblocage de crédits de trésorerie à taux négociés dans les meilleurs délais et des mesures de formation du personnel (concerné par l’activité partielle) avec prise en charge du coût salarial (delta de 30 %) aujourd’hui à la charge de l’entreprise.

 

D’autres réunions seront organisées dans les prochains mois pour poursuivre les échanges et évaluer au mieux les besoins, afin de proposer les solutions les plus appropriés pour aider les entreprises touchées.

 

Télécharger les mesures proposées.  

 

Articles de presse parus sur le sujet :